Un coup de Moore et c’est reparti…

Bon, j’avais pris deux décisions importantes. La première, c’était de lever le pied côté traduction, dans la mesure où je venais d’enquiller à la suite: 1/ la relecture de ma traduction du Courtier en tabac de John Barth (1200 feuillets); 2/ la traduction de You bright and Risen Angels, de William T. Vollmann pour Actes Sud (1200 feuillets); 3/ la traduction de A Naked Singularity de Sergio De La Pava pour Lot49 (1200 feuillets); 4/ la traduction de You Animal Machine, d’Eleni Sikelianos (100 feuillets, ouf). En outre je m’étais promis de ne plus accepter de « grosse » traduction. Niet. Plus jamais. Aussi, évidemment, quand Jérôme Schmidt et Jérôme Dayre, des éditions Inculte, m’ont envoyé un petit mail alors que je me faisais semblant de me prélasser à la campagne en me demandant si je voulais bien traduire pour eux le Jerusalem d’Alan Moore, un roman de plus de trois millions et demi de signes, vous pensez bien que j’ai aussitôt répondu: Hors de question, les gars.

Bon, j’aurais dû me méfier. Deux types qui portent tous deux le prénom du saint des traducteurs, c’était déjà louche. Mais non, ils ont été très compréhensifs. Ah oui, on comprend, y a pas de problème. Mais comme ils sont grands de taille et malins d’esprit, ils ont quand même tenu à m’envoyer dans la foulée les trente-cinq fichiers Word du texte de Moore, au cas où l’oisiveté, la curiosité, etc. Appelez ça de la sollicitude, de la bienveillance. Moi j’appelle ça de la perversion. Bref, ce qui devait arriver est arrivé. J’ai téléchargé les fichiers malgré l’absence de connexion internet dans ma Haute-Marne profonde, un miracle qui là encore aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Et bien sûr, j’ai cliqué sur les fichiers pour les ouvrir, ayant complètement oublié cette histoire de boîte de Pandore.

Résultat, quelques heures, que dis-je? quelques minutes plus tard j’étais happé par le monstrueux roman de Moore et, propulsé par un enthousiasme qui ne saurait rivaliser qu’avec des formes très aiguës de démence précoce, je revenais aussitôt sur ma profession de foi fainéante et annonçais aux deux Jérôme – ces démons des enfers déguisés en incubes du Styx – que mais bon sang bien sûr j’acceptais cette traduction, c’était évident, et quand est-ce qu’on commence les gars?

Voilà voilà. Que cette édifiante anecdote serve de leçons aux traducteurs débutants: Une fois que vous aurez mis un doigt dans l’engrenage, vous ne pourrez plus faire machine arrière. Dans le domaine de la traduction, on résiste à tout sauf à la tentation.

CLARO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire